Présentation

Partagez

Avec le Comité international olympique et les fédérations internationales, les comités nationaux olympiques (CNO) constituent l’un des trois piliers du Mouvement olympique. On compte actuellement 205 CNO dans le monde, à la situation juridique et au financement variables.

Leur rôle est essentiel, puisque seul un CNO peut présenter des concurrents aux Jeux olympiques - une compétence exclusive qui s’étend par ailleurs à l’ensemble des compétitions multisports régionales, continentales ou mondiales organisées sous le patronage du CIO (Jeux Mondiaux, Jeux européens, Festival olympique de la jeunesse européenne..). Les CNO sont les entités les plus liées au CIO. Leurs statuts et règlements doivent être reconnus et approuvés par le CIO.

Dans la lignée de la Charte olympique, les CNO jouent un rôle de proximité essentiel à l’expression de la solidarité sportive.

Quelles sont les missions des CNO ?

La mission des comités nationaux olympiques est de développer, promouvoir et protéger le Mouvement olympique dans leurs pays respectifs.

Les comités nationaux olympiques supervisent également la phase de sélection préliminaire des villes candidates potentielles. Avant de pouvoir affronter d'autres villes dans d'autres pays, la ville candidate doit d'abord être sélectionnée par le CNO au sein de son propre pays. Le comité national olympique peut ensuite indiquer au CIO le nom de la ville choisie, en tant que ville candidate susceptible d'accueillir les Jeux Olympiques.

De nombreux pays ont par ailleurs attribué au CNO un rôle plus vaste que celui posé par la Charte autour des Jeux olympiques. Ainsi, dès 1957, le marquis d’Exeter, membre du CIO pour la Grande-Bretagne, déclarait dans la Revue Olympique : « avec le temps, l’usage s’est établi dans plusieurs pays, de s’adresser au comité national olympique pour qu’il organise les réunions des fédérations nationales dans le but de discuter des problèmes offrant un commun intérêt en dehors du cadre des Jeux olympiques » et pour intégrer progressivement les fédérations nationales non-olympiques.

Une petite histoire des CNO...

Les premiers CNO furent créés en Grèce et en France la même année que le CIO, en 1894. A leurs débuts, la plupart des CNO n’étaient que des structures temporaires, l’activité, quadriennale, ne justifiant pas nécessairement d’institution permanente. Le Comité olympique français fut ainsi créé en 1894, puis reformé pour les Jeux suivants.

En 1910, le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Stockholm 1912 fut donc amené à demander « aux membres du Comité International (…) de former des Comités nationaux propres à assurer la participation de leurs concitoyens aux concours de la Ve Olympiade » . En 1937, la Session du CIO actait toutefois que « les invitations aux Jeux sont adressées par le COJO à tous les pays en général et en premier lieu à ceux dans lesquels fonctionnent des CNO régulièrement constitués ».

Il fallut attendre 1972 pour que le CIO intègre un Chapitre dédié aux CNO dans la Charte olympique. Le CIO était soucieux de réorganiser le Mouvement olympique et de s’assurer la fidélité de ses composantes. Dans la foulée, le Congrès de Varna assurait avec la Commission tripartite, un équilibre entre CNO, FI et CIO.

Les comités nationaux olympiques - CNO

PyeongChang 2018

Passion

S'ouvrir à l'international

Charte olympique

Agenda 2020 du CIO

Cliquer pour découvrir l'Agenda olympique 2020

Francophonie

@franceolympique


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF