Le Club France accueille le monde

Partagez

Samedi 6 août, au deuxième jour des Jeux de Rio 2016, le Club France a servi de décor à la première grande soirée internationale de la quinzaine olympique, organisée dans le cadre immense et convivial de la Société hippique, à un jet de pierre de la lagune, site des compétitions d’aviron.

Denis Masseglia, président du CNOSF, a donné le ton par ses quelques mots de bienvenue. « Vous êtes chez vous au Club France », a-t-il exprimé en anglais, devant une assistance cosmopolite. Une façon de signifier que ce bout de France en terre brésilienne, ouvert au grand public avant même l’ouverture des Jeux, a pour vocation de célébrer les athlètes français, de servir de lieu de réunion aux supporteurs de l’équipe de France olympique, mais également de recevoir dans une ambiance détendue le mouvement sportif international.

Et la famille olympique a répondu présente. En masse. Plusieurs dizaines de membres du CIO se sont ainsi croisés dans l’espace privatif du Club France. Parmi eux, l’ancien vice-présidente de l’organisation, la Marocaine Nawal el Moutawakel, le président de l’AMA, Craig Reedie, l’Ukrainien Sergey Bubka, le Suisse Denis Oswald, la Polonaise Irina Szewinska, le Serbe Nenad Lalovic, la Djiboutienne Aïcha Garad Ali… Sans oublier, bien sûr, les deux membres français du CIO, Guy Drut et Tony Estanguet, tous deux très engagés dans la candidature de Paris aux Jeux de 2024.

Le projet olympique et paralympique était d'ailleurs représenté en ce deuxième jour des Jeux, au Club France, par Anne Hidalgo, la maire de Paris, Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, mais aussi Patrick Kanner, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

La présence des fédérations internationales était également impressionnante, avec notamment les présidents Sebastian Coe (IAAF - athlétisme), Jean-Christophe Rolland (FISA - aviron), Marius Vizer (IJF - judo), Brian Cookson (UCI - cyclisme)…

Ambiance détendue, très internationale. Atmosphère très francophone, également. En milieu de soirée, avant le début de la session de natation à la piscine du parc olympique de Barra, le cœur de la fêté s’est mis à battre sous le toit du manège, pour un concert de Manu Dibango. Le musicien et chanteur camerounais, désigné Grand Témoin de la francophonie aux Jeux de Rio 2016, avait rassemblé une poignée de musiciens pour un « concert de la diversité. » conclu par un clip de l'hymne de la Francophonie qu'il a composé.

Les Jeux sont lancés !

Relations internationales du CNOSF

PyeongChang 2018

Passion

S'ouvrir à l'international

Charte olympique

Agenda 2020 du CIO

Cliquer pour découvrir l'Agenda olympique 2020

Francophonie

@franceolympique


  •  Française des jeux
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Lacoste