Tony Estanguet, Monsieur le vice-président

Partagez

Aux Jeux de Rio, Tony Estanguet ne craint pas de se diversifier. Membre du CIO, co-président du comité de candidature de Paris pour les Jeux de 2024, vice-président de la Fédération internationale de canoë… A ces fonctions, qui s'associent pour plus d'efficience plus qu'elles se cumulent, le Français en ajouté une autre, quelques jours avant le début des Jeux de 2016. Il a été élu à la vice-présidence de la commission des athlètes du CIO.

Deux ans après avoir été choisi par ses pairs pour intégrer l’institution olympique, à l’occasion des Jeux de Londres 2012, Tony Estanguet grimpe une nouvelle marche. Le Français était en concurrence avec Kirsty Coventry, l’ex nageuse du Zimbabwe, pour le siège de vice-président. Il a obtenu 8 voix. Sa rivale en a totalisé 5.

L’Américaine Angela Ruggiero accède pour sa part à la présidence de la commission, où elle succède à l’Allemande Claudia Bokel, arrivée au terme de ses deux mandats de 4 ans.

« L’idée de briguer la vice-présidence m’a été suggérée l’an passé, à la session du CIO à Kuala Lumpur, par plusieurs membres de notre commission, raconte Tony Estanguet. J’y ai réfléchi. J’en ai discuté avec Angela Ruggiero et Adam Pengilly, les plus anciens au CIO. J’ai envie de m’impliquer de plus en plus jusqu’à la fin de mon mandat en 2020. Etre candidat s’inscrivait dans une certaine logique. »

La tâche n’est pas mince. Dans un univers olympique où les athlètes sont invités par le CIO à occuper une place grandissante, leur commission prend de l’importance.

« Les sujets sont très nombreux, explique Tony Estanguet. La lutte antidopage, la reconversion, la communication, le développement durable… Avec Angela Ruggiero, nous allons nous répartir le travail. Nous allons nous voir pour en parler longuement à Rio, avant la fin des Jeux, puis nous aurons une grande réunion au mois de novembre. »

Sa priorité : développer la communication autour de la commission des athlètes, ses outils et ses ambitions. « Depuis 8 ans, un très gros travail a été accompli. Les outils mis à la disposition des athlètes sont plus nombreux et plus efficaces. Mais ils sont encore nombreux, parmi les olympiens, à ignorer l’existence de notre commission. En communiquant mieux, nous pourrons accentuer la présence des athlètes. Et pouvoir, ainsi, plus peser sur les décisions du CIO. » Tony Estanguet s’y attellera. Avec force et conviction.

Actualités du Mouvement Olympique

PyeongChang 2018

Passion

S'ouvrir à l'international

Charte olympique

Agenda 2020 du CIO

Cliquer pour découvrir l'Agenda olympique 2020

Francophonie

@franceolympique


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF