Une évaluation réussie !

Partagez

« Il est extrêmement compliqué de trouver des faiblesses au sein du projet Paris 2024 »... En quelques mots, le Suisse Patrick Baumann, président de la commission d'évaluation du Comité international olympique (CEV) venue apprécier in situ le projet parisien entre le 13 et le 16 mai, a offert à Paris 2024 la satisfaction de l'effort accompli. Cette appréciation n'engage nullement, ni ne présage, de l'issue de la campagne qui se conclura, le 13 septembre 2017 à Lima par la désignation de la ville organisatrice des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. C'est certain, d'autant que Los Angeles, l'autre ville candidate encore en lice, a également reçu de chaleureux éloges de la part de ce même Patrick Baumann.

Un Paris partagé

En cette fin de visite de la CEV, l'essentiel est toutefois là : la solidité du dossier de Paris 2024 est reconnue et la découverte des sites a conforté la faisabilité du projet et son ambition. Elle a également démontré une communion des tous les acteurs impliqués dans le projet de candidature olympique, y compris le dernier venu, le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, qui a reçu l'ensemble des membres de la CEV à l’Élysée, mardi 16 mai. « L'unité est si forte au sein du comité Paris 2024 qu'il n'y aura aucun problème pour le respect du budget et des délais » a ainsi reconnu Patrick Baumann.

« Venez Partager ! », le CIO a donc répondu favorablement à cet appel en vivant pleinement son séjour parisien. Arrivée le samedi de Los Angeles, la commission a d'abord longuement échangé sur l'avancée du dossier parisien et ses détails avec les membres du comité de candidature avant de procéder à un tour des sites retenus pour l'organisation des Jeux Olympiques et paralympiques. A de nombreux titres, cette tournée était également touristique puisque le projet Paris 2024 met en scène de très nombreux sites historiques de la capitale, envisagés pour accueillir des épreuves, et tout simplement la capitale française, théâtre olympique à ciel ouvert. Le cycle de visites a d'ailleurs débuté par une vision panoramique appréciée depuis la tour Eiffel, du haut de laquelle tout le dispositif de Paris 2024 se dévoile.

Un Paris sportif !

Le stade de France, Roland Garros, le stade Jean Bouin, la base nautique de Vaires sur Marne, sans oublier le Grand Palais, la Cité du cinéma, ou le site du Village média au Bourget, la commission d'évaluation a donc passé au crible l'ensemble des équipements et emplacements prévus, accueillis, à chaque étape, par une délégation de sportifs français.

Soixante-cinq champions, de Rudy Gobert à Teddy Riner en passant par Marie-Amélie Le fur, Tony Yoka, Muriel Hurtis ou Arnaud Assoumani, se sont ainsi mobilisés pour partager leur rêve olympique avec la commission d'évaluation du CIO. Sportif, le séjour de la commission a également été ponctué par deux événements sportifs auxquels les membres de la CEV ont pu assister : le World Rugby HSBC Sevens Series Paris tenu au stade Jean Bouin et le match de hockey-sur-glace France/Slovénie tenu dans à l'Hôtel Accor Arena de Bercy dans le cadre des championnats du monde.

Cette visite essentielle, puisqu'elle va se concrétiser par un rapport remis aux membres du CIO, sera suivie par une présentation du projet de candidature à ces mêmes membres, à Lausanne le 11 juillet prochain.

Visite de la commission du CIO à Paris - 13/16 mai 2017

Bernard Lapasset, co-président de Paris 2024 : « Notre relation avec les membres du CIO va changer à partir du moment où ils auront, de façon formelle, le rapport de la commission d'évaluation. Ils vont avoir des conclusions nouvelles et c'est un élément qui peut transformer certaines visions que peuvent avoir des membres sur notre candidature. Je suis certain que ce que l'on a apporté aujourd'hui vis-à-vis de ce que l'on a écrit hier, qui était cadré par les exigences de l'Agenda 2020 peut renforcer encore notre façon orginale d'aborder les Jeux. La Commission d'évaluation a pu se rendre compte qu'il y avait une passion, une véritable vision et un principe fort qui est celui du partage. On a montré l'expression de ces valeurs de façon très forte et cela a énormément marqué.»

Denis Masseglia, président du CNOSF : « L'héritage de Paris 2024 est certes en termes d'équipement mais il l'est aussi en termes d'héritage immatériel, donc de positionnement du sport dans la société. C'est ce sur quoi je suis extrêmement mobilisé, afin de faire en sorte que la transversalité du sport, ce qu'il peut apporter en terme d'éducation, de santé, de lien social, de développement durable, d'économie. On a envie de montrer qu'on peut avoir demain une société un peu plus fraternelle, un peu plus juste, un peu plus intéressante à vivre grâce au sport et que Paris 2024 peut aussi être une référence pour ce que le CIO a envie de montrer à travers son universalité. »

Actualités du Mouvement Olympique | Paris 2024

PyeongChang 2018

Passion

S'ouvrir à l'international

Charte olympique

Agenda 2020 du CIO

Cliquer pour découvrir l'Agenda olympique 2020

Francophonie

@franceolympique


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF