#2 - De l'analyse du passé à la structuration d'une stratégie internationale conquérante

Partagez

2012, année olympique, voit l'équipe de France briller à Londres. Le 30 juillet 2012, en visite au Club France de ces Jeux Olympiques londoniens, le président de la République, François Hollande se montre pour sa part ouvert à la perspective d'une nouvelle candidature française à l'organisation des Jeux Olympiques d'été.

François Hollande en reporte toutefois la responsabilité sur le mouvement sportif :
« Si le mouvement sportif français s'organise, porte un beau dossier, est capable de mobiliser toutes les énergies et de susciter un grand engouement dans le pays, alors en 2024 nous pourrions aussi organiser les Jeux (...) Ce n'est pas à l’État de prendre en charge ce dossier. C'est au mouvement sportif (...) Le rôle de l’État, des collectivités locales, ce sera de suivre, d'accompagner, d'aider mais en aucune façon de se mettre à la place du mouvement sportif. C'est le mouvement qui doit être capable de gagner aussi cette compétition. »

Le 5 décembre 2012, Étienne Thobois remet officiellement le rapport sur les candidatures françaises aux Jeux Olympiques.

Présenté à l'INSEP, en présence de Denis Masseglia, président du CNOSF, de Valérie Fourneyron, ministre des Sports, Guy Drut, membre du CIO pour la France, mais aussi de Bernard Lapasset, président de World Rugby et de nombreuses personnalités du sport français, dont Tony Estanguet, le « rapport Keneo » contient 16 propositions portant sur la vision du projet olympique, les ressources, le leadership ou la lisibilité du discours. Il prône également une nouvelle organisation des relations internationales du sport en France au sein de laquelle le mouvement olympique et sportif se verrait renforcé...

Appel entendu : ce même jour, Valérie Fourneyron annonce la dissolution du CSI. La stratégie des relations internationales sportives est remise, pour le mouvement sportif, au CNOSF qui en charge Bernard Lapasset. La création d'un Comité français du sport international (CFSI) est alors annoncée.

La feuille de route de Bernard Lapasset et du CFSI s'articule alors autour de trois axes : renforcer la présence de la France au sein des instances sportives internationales, promouvoir les échanges d'expertise et de savoir-faire sportifs entre la France et les pays tiers et accompagner le mouvement sportif dans les démarches de candidature aux grands événements sportifs internationaux. Dans ce cadre, Tony Estanguet est mis à disposition du CFSI par le ministère.

...

Récit d'une réalisation collective

PyeongChang 2018

Passion

S'ouvrir à l'international

Charte olympique

Agenda 2020 du CIO

Cliquer pour découvrir l'Agenda olympique 2020

Francophonie

@franceolympique


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF